Les e-commerçants français lancent les French Days

Créer un Black Friday à la française. Voici le pari que se sont lancés six e-commerçants français. Du 27 avril au 1er mai, ils proposeront des produits à des prix cassés, allant de -20% à -60%. L’objectif ? Créer un rendez-vous à l’image de ce que les Américains ont imposé avec le Black Friday lors des fêtes de fin d’année.

 

Rue du commerce, La Redoute, Cdiscount, Showroomprivé, Fnac.com et Boulanger.com se sont associés pour lancer les French Days, un Black Friday à la française qui aura lieu du 27 avril au 1er mai. Ces initiateurs, rejoints par douze autres acteurs (Groupe Beaumanoir, Sarenza, Kiabi, Auchan, Camaïeu, Conforama, BeautéPrivée, Franprix, Géant, Monoprix, PriceMinister, Toy’R’us), proposeront des remises sur leurs sites allant jusqu’à -60% pendant 5 jours, ainsi que d’autres promotions.

 

 

« Dans l’univers du e-commerce, les soldes fonctionnent surtout les deux premiers jours, voire essentiellement le premier jour. Les dernières semaines ne servent plus à grand-chose. En parallèle, ces dernières années le Black Friday a supplanté le premier jour des soldes d’hiver en termes de trafic et de transactions. Nous avons donc souhaité créer la 4e journée de pic de l’année (la première journée est le Black Friday, la seconde correspond au premier jour des soldes d’hiver et la 3ème au premier jour des soldes d’été, ndlr) au cours du premier semestre », explique Nathalie Mesny, directrice générale de Rue du commerce.

Le choix de cette date, qui tombe lors du pont du 1er mai, n’a en effet rien d’hasardeux. Les French Days tombent un mois avant les soldes d’été, « dans une période où il est nécessaire de redynamiser le commerce », précise Annabel Chaussat, directrice marketing et e-commerce de Fnac-Darty.

 

Une opération web qui pourrait favoriser du trafic en magasin

 

Les French Day ont été conçus comme une opération web, mais selon ses acteurs, l’initiative pourrait aussi avoir un écho en magasin. Rue du commerce mise, pour sa part, sur l’omnicanalité avec le réseau de magasins Carrefour, groupe auquel le site appartient. « Rue du commerce proposera aux internautes de se faire livrer leur commande dans le magasin Carrefour de leur choix. C’est une opération web et non-alimentaire au départ mais on peut imaginer un deuxième effet avec le trafic créé en magasin lors du retrait de la commande », précise Nathalie Mesny.

Elle ajoute : « Si cela devient un rendez-vous réflexe pour les consommateurs, nous n’avons pas besoin d’investir en publicité. De la sorte, nous pouvons réinvestir une partie de cet argent dans les promotions. Pour le Black Friday par exemple, 80% du trafic est naturel. Cela s’explique par la notoriété globale de l’événement ». Reste à savoir si les Français répondront à l’appel et en feront un évènement aussi incontournable.

La Digital Mum : portrait de la ménagère nouvelle génération

Publié le 14/05/2019

Concept né aux Etats-Unis en 1960, la ménagère de moins de 50 ans, la cible [...]

Lire la suite

Enrobez votre communication digitale de tendresse pour la fête des mères et la fête des pères !

Publié le 06/05/2019

La Fête des Mères approche à grand pas – le dimanche 26 mai – et [...]

Lire la suite

Pourquoi et comment bien communiquer à Pâques ?

Publié le 29/03/2019

Pâques est, après Noël, la fête la plus populaire de l'année. Œufs, lapins et cloches [...]

Lire la suite