La Petite Histoire de la Saint-Valentin

L’arrivée de la Saint-Valentin est imminente ! Célèbre marronnier du calendrier marketing, cette fête, chérie par les amoureux – et souvent redoutée par les célibataires – célèbre, le temps d’une journée, les couples et leur amour.
Mais le saviez-vous ?

Son origine, aussi ancestrale et mystérieuse que celle du Père-Noël, est encore plus méconnue. Retour sur les origines et les légendes entourant le jour le plus romantique de l’année.

La Saint-Valentin, une fête romaine ?

Comme pour de nombreuses autres fêtes, les origines de la Saint-Valentin restent incertaines, bien que les historiens s’accordent à dire qu’elle puiserait ses sources de la Rome antique et de la fête des Lupercales. Célébrée chaque année du 13 au 15 février, cette fête de purification païenne accueillait le changement de saison et la nouvelle vie qui l’accompagnait.

Cette fête comportait 3 temps forts :

  • Le sacrifice d’un bouc par les prêtres de Faunus (ou Lupercus) pour rendre hommage à leur dieu dans la grotte de Lupercal. Après avoir tué l’animal, les prêtres, touchaient avec leur couteau sanglant le front de jeunes hommes(les Luperques), couverts uniquement de la peau de la bête sacrifiée, qui assistaient à la cérémonie et qui devaient ensuite rire aux éclats.
  • S’en suivait alors la course des Luperques dans toute la ville de Rome. Riant et buvant, les jeunes hommes étaient armés de lanières taillées dans la peau de l’animal sacrifié, et fouettaient des femmes, aussi dénudées, rencontrées sur leur passage. Ces femmes pensant se purifier et améliorer leur fertilité s’offraient à leurs coups, ceux-ci visaient notamment leur ventre ou leurs fesses.
  • Pour clore la fête, le soir du 15 février, un grand banquet était organisé, durant laquelle une loterie amoureuse avait lieu. Les romains adoraient les jeux de hasard. Avant ce banquet, chaque jeune fille inscrivait sur un parchemin son nom et le déposer dans une jarre, afin que chaque jeune homme puisse tirer au sort celle qui devait rester avec lui tout au long de la soirée.

Représentation de la fête des Lupercales

Pour contrer cette célébration, le pape Gélase Ier (492-496), qui condamnait cette fête imposa en 496, de rendre hommage un jour avant, le 14 février, à Saint-Valentin.

Mais qui était Valentin ?

La légende veut que cette fête particulière ait été instaurée en l’honneur du martyr, Valentinus (Valentin de Terni), qui vécut sous l’empereur romain Claudius II (Claude le Cruel) au IIIème siècle. Pensant que les romains refusaient de rallier ses légions pour ses campagnes militaires à cause de leurs femmes et foyers, l’empereur, fit interdire, en l’an 268, les mariages. Le prêtre Valentin aurait cependant continué à unir secrètement les amoureux jusqu’à ce que le préfet Placide ordonne son arrestation le fasse flageller puis décapiter sur la Via Flamine à Rome, un 14 février. C’est durant sa période d’incarcération que ce prêtre aurait rencontré une jeune aveugle, Augustine, la fille du geôlier, à qui il aurait rendu la vue grâce à des prières. Quelques heures avant son exécution, le 14 février, celui-ci lui aurait adressé une lettre qu’il aurait signée « Ton Valentin ». Ce n’est que plusieurs siècles après qu’il fut canonisé en l’honneur de son sacrifice pour l’amour.

Reconstruction faciale en 3D de Valentin Terni

Cependant plusieurs Valentins pourraient être à l’origine du nom de la Saint-Valentin, ce saint pouvant même être l’amalgame de plusieurs personnes. Les historiens n’ayant pas de sources solides, les liens entre cette fête et le Saint qui lui est associé restent encore très incertains.

La légende des oiseaux

C’est en Grande-Bretagne au XIVème siècle que sont attestées, au travers des écrits de l’époque certaines des origines de cette fête dédiée aux amoureux. Selon la croyance populaire, c’est le 14 février que débutait la parade nuptiale des oiseaux et que ceux-ci choisissaient leur partenaire.

Les poètes du XIVème et XVème siècle se sont ensuite chargés d’inventer le mythe de la fête des amoureux, aussi fête des amitiés.

Les hommes, prenant exemple sur ces oiseaux, désignèrent le 14 février comme le jour idéal pour roucouler et le trouvèrent propice à la déclaration amoureuse. Alors que les jeunes filles, le 14 février, regardaient les oiseaux pour tenter de deviner comment allait être leur futur mari : un rouge-gorge – un marin ; un moineau – un mariage heureux avec un homme peu fortuné ; un chardonneret – un mariage avec un homme riche.

Vers 1460, le terme « Valentin » désigne le marchand de cadeaux, principalement des bijoux, que le galant ne manque pas d’offrir à sa dulcinée

En 1694, le terme « Valentin » désigne le jeune homme qu’une jeune fille choisit pour être son cavalier lors de la Fête des Brandons, le premier dimanche du Carême.

Les « Valentines »

C’est au XIVème siècle, qu’apparurent les premières cartes de Saint-Valentin, appelées les « Valentines ». Réalisées à la main, ces « Valentines » étaient des messages d’amour ou d’amitié échangés par les amoureux comme par les amis. La plus ancienne carte de Saint-Valentin encore existante se trouverait au British Museum à Londres et daterait de 1415. Elle fut envoyée par Charles, duc D’Orléans, alors qu’il était emprisonné à la Tour de Londres après avoir été fait prisonnier à la bataille d’Azincourt, et contiendrait un poème destiné à sa femme et dans lequel il aurait utilisé le terme Valentine (dans le sens de femme-aimée) pour la nommer.

C’est au XVIIIème siècle que les « Valentines » deviennent plus sophistiquées, elles décorées de cœurs et de cupidons. Durant l’époque Victorienne, elles s’illustrent à la plume, se parent de dentelle, de tissus soyeux, de fleurs séchées et même de parfum.  Puis furent remplacées par des cartes postales.

Carte de Saint-Valentin vers 1910

C’est à partir du XIXème siècle, et avec la popularisation de l’échange de mots doux que les « Valentines » deviennent le symbole de la Saint-Valentin.

Au début du XXème siècle, le côté amical disparaît progressivement de ces « Valentines » pour se destiner uniquement aux amoureux. C’est également à cette période que se développe la tradition d’offrir, pour l’occasion, une carte mais aussi des fleurs, des chocolats, des bijoux, de sortir au restaurant – bref, la Saint-Valentin telle qu’on la connait aujourd’hui.

En France, bien qu’incrustée dans nos traditions, cette célébration disparaît peu à peu du calendrier à partir dès le XIXe siècle, mais retrouva son aplomb à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, sous l’influence des Etats-Unis et de ses GI. Les soldats américains, toujours stationnés dans les bases militaires, tentèrent le 14 février de séduire les Françaises en leur achetant des fleurs et en leur écrivant des « Valentines ». Et ça marche, les fleuristes flairent le filon dès les années 1950-1960 et la Saint-Valentin fut officialisée en 1965. Elle ravit ainsi chaque année fleuristes, restaurateurs, bijoutiers, parfumeurs et confiseurs…

Aujourd’hui encore, de très nombreux amoureux s’envoient des « Valentines », au format virtuel, et se mettent en quête, sur le web, de la surprise idéale. La Saint-Valentin reste donc une période de grande activité, et un beau prétexte de communication.  Car même si pour beaucoup, la Saint-Valentin n’est plus qu’une fête commerciale, toujours est-il que pour les amoureux, il est bien compliqué de ne pas se plier à la tradition. Et pour les autres, place au film Bridget Jones, aux achats compulsifs en ligne pour se récompenser d’avoir survécu pendant la journée, ou aux soirées entre amis « anti Saint-Valentin », offrant ainsi à chaque entreprise la liberté de sélectionner sa cible et de créer une communication dédiée aux couples et/ou aux célibataires.

La Digital Mum : portrait de la ménagère nouvelle génération

Publié le 14/05/2019

Concept né aux Etats-Unis en 1960, la ménagère de moins de 50 ans, la cible [...]

Lire la suite

Enrobez votre communication digitale de tendresse pour la fête des mères et la fête des pères !

Publié le 06/05/2019

La Fête des Mères approche à grand pas – le dimanche 26 mai – et [...]

Lire la suite

Pourquoi et comment bien communiquer à Pâques ?

Publié le 29/03/2019

Pâques est, après Noël, la fête la plus populaire de l'année. Œufs, lapins et cloches [...]

Lire la suite